Recrutement : on choisit une fille ou un garçon ?

Parler de vie professionnelle et d’ambition sans évoquer les différences hommes / femmes au travail, c’est difficile. Mais tâchons de se concentrer sur le positif ! Du haut de mes 25 ans, j’estime avoir été relativement chanceuse de ce côté là. Alors qu’on dit que les femmes ont plus de difficultés à s’insérer dans la vie professionnelle que les hommes, je n’ai pour le moment pas été pénalisée, bien au contraire. J’en ai presque été amenée à oublier qu’il y avait des différences en ce qui concerne le genre jusqu’à ce que j’entende certaines phrases comme « Ils recherchent des candidats dans l’équipe d’à côté, si tu connais quelqu’un… mais il faut que ce soit une fille par contre ».

stagiaire homme femme

Il semble donc que le genre ait une importance dans le recrutement et plus largement dans la vie professionnelle.

Qu’est-ce que ça change au juste ?

Quand j’ai essayé de comprendre pourquoi  aujourd’hui, choisir un candidat en fonction de son genre était important, on m’a évoqué les raisons suivantes :

– « Il y a trop de filles dans l’équipe, on souhaite plus de parité. Il faut qu’on trouve un garçon pour ce poste. »

– « De part mon expérience, j’ai remarqué qu’une fille a un meilleur relationnel avec nos partenaires, notamment les hommes sont plus cléments avec elles »

– « J’aimerai recruter un mec, les deux dernières femmes qu’on a recrutées sont tombées enceintes dans les 2 années qui suivent leur embauche, on peut pas prendre ce risque ! »

– « Si vous recrutez quelqu’un, choisissez une fille mignonne ! » (il est où l’argument là ?)

Il semble donc y avoir maintes raisons (plus ou moins valables) de préférer embaucher une personne d’un certain genre plutôt que d’un autre.

Le problème dans tout ça !

Malgré le fait que les raisons citées ci-dessus peuvent toutes être valables (bon peut être pas la dernière), ces arguments ne prennent pas en compte des critères objectifs et donc des critères qui ne sont pas liés aux compétences du candidat. Et ça, ça s’appelle de la discrimination. Or, comme l’explique très clairement le Journal du Net dans cet article « La discrimination au travail est aussi interdite lors des phases de recrutement d’un candidat et s’échelonne tout au long du contrat de travail. Elle est passible de 3 ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. » Donc, ce type de raisonnement pourtant anodin peut devenir dangereux s’il est mal interprété !

Maintenant que j’ai plombé l’ambiance…

Revenons à nos moutons ! Cet article est censé être PO-SI-TIF. Alors comment réagir positivement face aux différences hommes / femmes dans l’entreprise ?

1. On en prend conscience :

Ça sert à rien de se voiler la face, je pense qu’on a tous au moins entendu des commentaires sexistes ou on a observé des différences de traitement  pour des personnes de sexe différent. S’en rendre compte permet d’évaluer l’ampleur de la situation et son influence potentielle sur notre vie professionnelle.

2. On Le tourne en notre faveur :

Comme on la vu dans les arguments avancés plus haut, en fonction de la situation, il est parfois plus avantageux d’être un garçon et d’autre fois, une fille. Au lieu de blâmer systématiquement les comportements sexistes de nos collègues, pourquoi de ne pas profiter des opportunités qu’ils nous créent. Si une équipe souhaite s’agrandir et est à majorité féminine, être un garçon peut être vu comme un atout qu’il ne faut pas négliger ! A l ‘inverse, si on entend dire qu’ils préfèrent une fille au poste d’assistante marketing car dans le passé l’équipe a  remarqué qu’elles avaient un meilleur relationnel, on prépare son CV et on postule.

3. On lutte contre les clichés

Quand on a l’occasion, on discute avec les personnes ayant des raisonnements non fondés sur la différence entre les sexes et on contre-argumente. Notre collègue souhaite un homme pour le nouveau poste d’acheteur car il estime qu’ils sont plus tenaces en négociations ? On lui donne l’exemple d’une fille qui est acheteuse dans un grand groupe et qui a de très bons résultats de par sa gestion des relations fournisseurs et si elle cherche à changer d’emploi, on n’hésite pas à lui passer son CV pour lui prouver qu’on a raison !

4. On ne se laisse pas influencer

Ce n’est pas parce qu’on a entendu qu’ils préféraient un garçon dans l’équipe des ressources humaines, qu’on n’envoie pas notre CV s’il correspond complètement au profil mentionné dans l’annonce. Trouver le bon candidat est compliqué alors les critères non-rationnels sont ceux qui sautent en premier quand les recruteurs sont face au bon profil (et heureusement d’ailleurs). Dans sa candidature, on met en avant ses compétences et on se fixe comme challenge de  faire changer d’avis l’équipe sur leurs a prioris… et de part mon expérience, ça marche !

5. On évite de tomber dans Le panneau

Je pense qu’il est normal d’avoir des a prioris sur certains groupes personnes, qu’ils soient véhiculés par la société ou de par notre expérience. Dans la vie professionnelle en particulier, on tente de les oublier et on donne sa chance à chaque personne en ce basant sur du concret. De ce fait, on est sûr de ne pas passer à côté de personnes géniales à cause de critères inutiles et idées non-fondées. Et surtout, on n’oublie pas  que l’inégalité hommes / femmes n’est pas l’unique forme de discrimination, il faut lutter contre la discrimination en général (raciale, orientation sexuelle, religieuse, liée à l’âge etc….)


 

Bon alors, ce recrutement, ça sera une fille ou un garçon ?

A partir du moment où cette personne apporte les compétences recherchées et correspond au profil, moi ça me va ! Si en plus, elle permet de contribuer à un environnement professionnel plus riche et diversifié, c’est encore mieux !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tu aimeras peut-être aussi

Un commentaire

  1. Cool cet article, je vois qu’il date de 2015 mais je ne l’avais pas encore découvert ! J’ai entendu souvent ce type de remarques en contexte pro, que je trouve blessantes parfois et inappropriées, mais quand je dis que c’est sexiste on me dit que j’exagère 🙂 Merci pour les conseils sur la façon de gérer cet état de fait en mode positif !

Commentaire ? Avis ? Opinion ? Réflexion ? Exprime-toi ici !