Partir à l’étranger : évaluer et choisir la meilleure option

Partir vivre à l’étranger est un véritable plus. Comme je l’ai énoncé dans mon article Partir à l’étranger : Ce que ça peut t’apporter ! c’est un très bon moyen de se découvrir, de s’ouvrir de nouvelles portes, et de faire un bon en avant dans sa vie professionnelle !

Alors, quel est le meilleur moyen pour partir vivre à l’étranger ?

Il y a différents moyens de partir vivre à l’étranger. Ils sont plus ou moins coûteux et sont plus ou moins efficaces pour atteindre nos objectifs personnels. Voici une liste non-exhaustive des moyens que je connais pour partir vivre quelques temps à l’étranger avec leurs avantages et leurs inconvénients.

SÉJOUR LINGUISTIQUE

Partir au sein d’un programme dans une ville étrangère et prendre des cours de langues sur place permet de s’expatrier quelques temps à l’étranger.

  • Les + : On développe de bonnes compétences linguistiques rapidement notamment en grammaire car on prend des cours avec des professionnels et on a l’occasion de pratiquer au quotidien à l’oral puisqu’on est entouré d’étrangers et on est souvent en famille d’accueil avec qui on est forcé de pratiquer
  • Les – : Il est très coûteux et on est rarement en immersion complète car beaucoup de français choisissent ce programme et on continue à parler français

SEMESTRE / ANNÉE À L’ÉTRANGER :

Profiter des partenariats entre notre école et des universités étrangères pour partir étudier quelques mois ou même une année à l’étranger. Ce peut être par un programme ERASMUS ou non.

  • Les + : Les séjours sont de plusieurs mois, on a vraiment le temps de vivre une nouvelle expérience. Les cours sont dans la langue natale ou en anglais donc on est obligé de pratiquer et de progresser. En plus, on est dans la même classe que les locaux et donc en réelle immersion. Avec le programme Erasmus, on peut parfois percevoir des bourses ce qui nous permet de rentabiliser le séjour. Enfin, c’est souvent l’une des meilleures options pour faire la fête !
  • Les – : Réservé aux étudiants, il y a beaucoup d’inégalités de partenariats entre universités et écoles : certaines ont peu ou pas de partenariats, peu de places et donc c’est pas toujours possible de partir. En plus, les aides ne sont pas disponibles dans tous les pays ou pour tous les programmes ce qui peut revenir relativement cher. En plus, là encore, on n’est pas à l’abri d’être entouré de francophones et donc ne pas profiter pleinement de l’immersion.

STAGE À L’ÉTRANGER DANS LE CADRE DE SES ÉTUDES :

Partir faire un stage dans une entreprise à l’international pour développer son expérience professionnelle. Ce stage peut dans certains cas faire parti du programme ERASMUS.

  • Les + : Il permet de développer son expérience professionnelle tout en profitant des avantages de la vie à l’étranger. On peut recevoir des bourses ERASMUS si on respecte certaines conditions et on peut même parfois être payé par l’entreprise ce qui permet de profiter des avantages de la vie à l’étranger à moindre coût ! En plus, beaucoup d’entreprises recherchent des francophones pour développer leur activité.
  • Les – : Difficile à trouver surtout en pays anglophone car très recherché par les étudiants étrangers. On peut avoir besoin d’un VISA, en fonction du pays qui peut être difficile à obtenir. Dans beaucoup de pays, on n’est pas obligé d’être payé et on ne reçoit pas forcément de bourses ce qui peut revenir à travailler gratuitement tout en payant des frais de vie à l’étranger. Il faut voir ça comme un investissement

VOLONTARIAT DANS UNE ASSOCIATION :

Partir en tant que membre d’une association dans un pays à l’étranger pour soutenir une cause et/ou aider une population.

  • Les + : beaucoup d’options pour partir en fonction de ses goûts, pas d’expériences préalables obligatoires. Parfois, les associations participent aux frais. C’est souvent une véritable expérience humaine, très enrichissante personnellement et qui permet de voir le monde autrement. En plus, c’est très bien vu par les entreprises.
  • Les – :  Le choix des pays est limité et se concentre souvent autour des pays en voie de développement ou en difficultés. L’objectif premier n’est pas de pratiquer une langue étrangère donc on ne progresse pas aussi rapidement dans ce domaine qu’avec d’autres options.

PETITS BOULOTS À L’ÉTRANGER :

Partir à l’étranger et vivre de petits boulots. Cela inclut partir soi même et trouver des petits boulot sur place ou avec le visa PVT Permis Vacances Travail.

Les +: Cette option permet de rentabiliser entièrement son séjour tout en développant son expérience professionnelle. Elle permet de pratiquer une langue, de découvrir un pays tout en gagnant sa vie et ainsi être indépendant. De plus, elle permet de développer son sens des responsabilités et sa maturité. Les petits boulots ne demandant pas beaucoup de compétences, il est souvent facile d’en trouver sur place.

Les – : Même s’il permet d’acquérir de l’expérience professionnelle, il n’est pas évidement de trouver un petit boulot qui soit en rapport avec son parcours et son domaine d’activité. De plus, il ne faut pas s’attendre à des conditions exceptionnelles. C’est un moyen de rentrer dans ses frais tout en profitant d’une expérience à l’internationale mais ce n’est pas du long terme.

TRAVAILLER À L’ÉTRANGER

Trouver un travail dans son domaine à l’étranger que ce soit dans un contrat local ou au travers d’un VIE (Volontariat International à l’Etranger).

  • Les + : Permet de gagner sa vie, développer ses compétences tout en profitant de la vie à l’étranger. Il permet de rester sur le long terme et de rajouter une belle ligne à son CV.
  • Les – : Beaucoup de demandes pour peu d’offres, et donc relativement difficile à trouver en fonction des pays. Cette option est difficilement accessibles aux personnes n’ayant jamais vécu à l’étranger et ayant un niveau de langues étrangères peu développé car c’est généralement le profil recherché.

Voici donc une sélection d’options (encore une fois, non-exhaustive) lorsque l’on souhaite partir à l’étranger. D’une manière globale il est difficile de partir avec un niveau de langue locale faible et à moindre coût. C’est souvent l’un ou l’autre. Dans tous les cas, le mieux est de combiner plusieurs types d’expérience à l’étranger. Moi j’ai testé les stages, l’année à l’étranger et le travail à l’étranger. Les autres options ont été testées par des amis.

Et toi, par quel moyen es-tu parti à l’étranger? Quels sont les plus, les moins et qu’est ce que ça t’a apporté ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tu aimeras peut-être aussi

2 commentaires

  1. Et bien, aucun de mes séjours en Espagne n’a été fait via un de ces programmes, je vais donc en parler brièvement ici…

    En 2008, je suis partie 9 mois pour un Service Volontaire Européen. Il s’agit d’un programme financé par la Communauté Européenne. Zéro frais : billets d’avion, logement et une petite somme d’argent mensuelle (variable selon les pays, en Espagne, c’était 250€ à l’époque) payée par la Communauté Européenne. Bon, effectivement, 250€ c’est un peu juste si on veut voyager et sortir beaucoup mais rien n’empêche de travailler à côté. Immersion totale donc (sauf si on se retrouve dans une grosse assoc’ qui a un appart’ dans lequel elle loge tous ses volontaires et donc si on se retrouve avec des francophones ou anglophones, c’est peut-être un peu foutu). Les cours de langue sont inclus aussi (normalement). L’appui de l’assoc’ de ton pays d’origine, vu qu’il s’agit de « partenariat », en cas de soucis mais aussi des référents sur place et deux « formations » avec d’autres volontaires qui se trouve dans le pays en même temps (super enrichissant) ! Au niveau des moins, toutes les assoc’ ne respectent pas toujours les limites (charge de travail, job qui ne doit pas remplacer un vrai poste, cours de langue). Et au niveau des places, l’Espagne par exemple est très demandée donc pas toujours facile d’y trouver une place.

    En 2010, j’ai ensuite fait un stage de trois mois à Madrid dans une ong avec un programme de stage financé par le Forem (l’équivalent de Pôle Emploi pour la région francophone en Belgique). Tu cherches ton stage, tu le fais valider, bourse de 3000 € (dont un tiers reçu au retour lors de la remise d’un rapport) et possibilité de continuer à percevoir les allocations de chômage en même temps. Les moins : aucun appui autre que la bourse, démerde-toi (mais en même temps, c’est comme dans la « vraie vie »).

    Et puis, les années scolaires 2010-2011 et 2011-2012, j’ai été auxiliaire de conversation de français. Une bourse de 700€/mois pour 12h de cours/semaine en appui au professeur. Les moins : il faut attendre que tous les auxiliaires de tous les pays aient ouvert un compte et obtenu le permis de séjour pour le premier paiement…la deuxième année on a dû attendre décembre ou janvier !! (heureusement, l’école nous avait fait une avance mais toutes les écoles ne sont pas en mesure de le faire). Au niveau des moins : on ne dispose que des vacances scolaires pour voyager et en Espagne, elles ne sont pas aussi nombreuses qu’en France ou Belgique. Heureusement, en général, on a un horaire sur 4 jours afin de pouvoir profiter de weekends de 3 jours; Et puis, certains professeurs abusent de leurs auxiliaires et les laissent seuls face à des classes entières.

    Et il y en a a encore plein d’autres… comme le Leonardo ou Eurodyssée, plus axés sur une véritable expérience professionnelle.

    Oups, fameuse tartine 😉

    1. Merci Mariposa, ma liste est loin d’être exhaustive, et c’est très enrichissant d’avoir ton point de vue. Effectivement, il y a certainement beaucoup plus d’options que celles mentionnées et celles pour lesquelles tu as optées !

      Ton stage de 2010 se rapproche du volontariat dans une association, non ? Il semble juste qu’il y ait un programme qui a soutenu cette initiative, je me trompe ?

      En tout cas merci beaucoup pour ton commentaire Mariposa, ça prouve que les opportunités pour partir à l’étranger ne manquent pas, mais il faut prendre le temps de se renseigner pour trouver celles qui nous correspondent !

      Bon dimanche 😀

Commentaire ? Avis ? Opinion ? Réflexion ? Exprime-toi ici !