J’ai testé : être distributeur de journaux 

Pour le troisième article de la série petits boulots et job d’été,  je vais partager avec toi mon expérience de distributrice de journaux et flyers. Le jour de mes 18 ans, j’ai en effet pu célébrer mon passage à la vie adulte en arborant les couleurs d’un grand quotidien régional et distribuant le journal gratuitement sur les plages pour promouvoir un numéro spécial. C’était mon tout premier job d’été officiel et c’était une expérience très intéressante (lors de mon expérience d’animatrice en centre de loisirs j’avais 16 ans et je ne percevais pas un vrai salaire). J’ai par la suite fait la distribution de journaux et flyers pour de nombreux autres clients. Ainsi, si tu veux en savoir plus sur ce métier, je te conseille de continuer à lire cet article et de le commenter si tu as des questions !

distribution-journaux

Qu’est ce que le métier de distributeur?

Être distributeur de journaux, magazines, flyers est tout simplement un emploi qui consiste à donner en main propre l’objet que tu es chargé(e) de distribuer de manière gratuite. La plupart du temps, le distributeur est là pour faire de la promotion, en incitant les personnes à acheter un certain objet (une édition spéciale), où à se rendre dans un certain endroit (distribution de flyer). Cependant, une simple distribution est parfois suffisante (c’est le cas de la distribution de journaux gratuits telle que Metro, 20 minutes, le journal des plages etc…). Les horaires sont connus à l’avance et la rémunération est à l’heure et non en termes de volume distribué. C’est un travail de jour mais qui peut se pratiquer n’importe quand dans la semaine (dimanche et jours fériés inclus) sans variation du taux de rémunération horaire.

 

Comment j’ai été amenée à être distriburice de journaux ?

L’été de mes 18 ans je cherchais un job d’été et n’ayant pas beaucoup de contacts, j’ai consulté les offres d’emploi disponibles sur des sites internet. J’ai vu plusieurs offres de distributeur de journaux / flyers qui ne demandaient pas de qualification particulière mais un bon relationnel. J’ai donc postulé et ai été recrutée par plusieurs agences. Etant des missions, ces offres ne demandaient que quelques heures de travail par semaine. J’ai ainsi réussi à cumuler plusieurs offres similaires à la même période.  Les étés suivants j’ai tout simplement été recontacté par les agences pour lesquelles j’avais travaillé et ai postulé à quelques autres pour compléter.

Ce que j’ai aimé

  • Le relationnel et le dynamisme : dans ce job, il faut être dynamique, se bouger, être ouvert, accueillant et aimable
  • L’entraide : lors de ces expériences j’ai presque toujours travaillé en équipe ce qui crée un esprit de solidarité et d’entraide : on peut s’organiser, se remplacer quand l’autre à un petit coup de mou et rigoler de nos bourdes
  • Proposer du contenu gratuit : c’était agréable de donner des choses sans rien attendre en échange, sans avoir à négocier etc…
  • Travailler en extérieur, dans des environnements variés : J’ai beaucoup effectué ce travail aux abords des plages, dans les rues piétonnes etc… y’a quand même pire comme environnement de travail !
  • La possibilité de faire des missions courtes : J’ai fait beaucoup de missions de deux jours, c’est agréable car c’est facile à caser dans l’agenda et ça permet d’avoir une petite rentrée d’argent sans trop d’effort, même pendant l’année.

Ce que j’ai moins aimé

  • L’aspect rébarbatif du boulot : le boulot est simple mais extrêmement répétitif : il faut distribuer, répéter « bonjour » accompagné de la petite phrase d’accroche des centaines de fois par jour. Ça faisait un peu robot et il m’arrivait des rêver de dire »bonjour » « merci » « bonne journée » la nuit.
  • Rencontrer beaucoup de gens que je connais : distribuer se fait souvent dans des endroits fréquentés, ce qui m’amenait à rencontrer des personnes que je connaissais (école, collège, lycée etc…). C’était parfois gênant de revoir les gens dans ce contexte.
  • Avoir à encaisser les refus :  c’est toujours dur de devoir reproposer spontanément la même offre à la personne suivante avec de l’enthousiasme et du dynamisme sachant que les « non » viennent généralement en chaîne. Il faut parfois prendre quelques secondes pour se remotiver et recommencer avec une bonne énergie !
  • Regarder l’heure très fréquemment : étant un job rébarbatif, le temps semble passer lentement. Une sensation que je n’aime pas du tout.
  • Piétiner toute la journée : certaines marques demandent le port de talons ou de ballerines pour effectuer des missions de distribution. A la fin de la journée, je te raconte pas le mal de pieds !

Pour qui ?

Être distributeur de journaux est fait pour les personnes sociables, ouvertes et qui aiment le contact avec les gens. C’est un job qui demande peu de responsabilités mais de la motivation pour garder la pêche, le sourire et être aimable tout au long de la mission.

Ce n’est pas pour les personnes réservées, introverties, qui n’aiment pas sortir de leur zone de confort ou qui sont fragiles.

Comment décrocher ce job ?

Le mieux est de chercher des offres en ligne souvent postées par des agences street marketing. Les sites de recherches de job étudiants fonctionnent bien comme mentionné dans Mes conseils pour décrocher un petit boulot ou job d’été (exemple : job étudiant ou l’étudiant) . Tu peux aussi poser ta candidature directement sur les sites d’agences et ils te contacteront quand une mission sera disponible dans ta région. Examples d’agences : Strada Marketing, GlobediffIntervalles etc…

Conclusion…Ce que je retiens de mon expérience de distributrice

Le métier de distributeur / hôtesse street-marketing a été le métier que j’ai le plus effectué avant que je trouve un emploi. C’est un métier que j’ai toujours bien apprécié car il est relativement agréable à effectuer. Il a confirmé mon goût pour le contact avec les gens et pour le travail tout simplement. J’ai appris à ne pas prendre les refus personnellement, à me remotiver en quelques secondes et à rester agréable et souriante quel que soit le contexte. Ces attitudes sont utiles en entretien d’embauche et elles m’aident encore aujourd’hui dans mon travail. En effet, beaucoup de personnes reconnaissent que je suis une personne sympathique, positive avec qui il est agréable de travailler, et je suis sûre que mon expérience de distributeur y a largement contribué !

Enfin, aujourd’hui, quand je croise des distributeurs de journaux ou flyers, je m’efforce d’accepter ce qu’ils me donnent, de leur dire « merci » et voire même « bon courage » accompagné d’un sourire. Je sais que ces éléments aident à motiver et à faire passer la journée plus vite !

 

Et toi, que penses-tu du job de distributeur de journaux / flyers, penses-tu que ce job est fait pour toi ? Dis-moi tout dans les commentaires !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tu aimeras peut-être aussi

4 commentaires

  1. Très bon article et une belle analyse de ce job . Je trouve cela très intéressant que tu mettes en valeur ce que ce boulot d’apporte en dehors d’une petite rentrée d’argent ! et bravo pour ton courage

    1. Je suis contente de voir que tu perçois cet article comme une mise en valeur. C’est important pour moi de mettre l’accent sur les expériences de la vie (pro comme perso) et de souligner ce qu’elles apportent. En effet, pour moi l’aspect financier n’est qu’un détail dans cet article. Merci pour ce commentaire Fa 🙂

  2. Encore un bel article. Je trouve très intéressant que ce petit boulot apprenne à ne pas prendre les refus personnellement, je n’aurais pas pensé à cet effet spontanément et c’est vrai qu’on a besoin de cette qualité dans le monde pro.

Commentaire ? Avis ? Opinion ? Réflexion ? Exprime-toi ici !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.