J’ai testé : être enquêteur téléphonique

Depuis plusieurs semaines, je te fais pars de mes expériences petits boulots et jobs d’été. Aujourd’hui je vais partager avec toi mon expérience d’enquêteur par téléphone. Pendant mes études en école de commerce, j’ai découvert une petite annonce pour être enquêteur téléphonique (aussi , appelée télé-enqueteur). J’ai trouvé l’opportunité intéressante et ai proposé ma candidature. J’ai donc été amenée à effectuer cette mission 3 années consécutives. Une expérience intéressante que je vais partager avec toi aujourd’hui.

enqueteur-par-telephone

Qu’est ce que le métier d’enquêteur téléphonique ?

Un enquêteur téléphonique ou télé-enqueteur est chargé d’appeler des personnes et de leur faire passer une enquête prédéfinie afin de récolter des données pour une étude. La première tâche de l’enquêteur téléphonique est souvent d’identifier si la personne appartient au groupe cible et répond aux critères recherchés. Si c’est le cas, on peut procéder à la suite de l’enquête. Pour effectuer son travail, l’enquêteur dispose d’un fichier de contacts qui lui est délivré par l’entreprise . Tu trouveras plus d’informations sur la fiche métier de Manpower.

Comment j’ai été amenée à être ENQUÊTEUR TÉLÉPHONIQUE ?

J’ai vu une offre publiée sur le tableau des petites annonces de mon école où il était marqué qu’un professeur  était chargé d’une enquête de satisfaction et recherchait des étudiants de confiance pour appeler les personnes ciblées. J’imagine que l’offre n’avait été publiée que par ce canal. J’ai de suite envoyé ma candidature puisque ce type de missions était complémentaire à mes cours de marketing et que je souhaitais approfondir mes connaissances dans ce domaine là.

Ce que j’ai aimé

  • Le dialogue avec les gens : lorsqu’on appelle une personne pour une étude, la personne va devoir donner son avis, partager son expérience voire même se livrer. Le ton est sincère, il y a une vraie relation de confiance qui s’établit.
  • Pouvoir travailler depuis chez moi : un des gros points positifs de ce job est qu’il peut s’exercer depuis chez soi, en toute flexibilité. Dans mon cas, j’étais rémunérée par questionnaire ce qui me permettait d’arranger mon temps comme je le souhaitais.
  • Sentir que mon travail était utile : récolter des données fiables est le pilier de n’importe quelle étude. Etant passionnée par le marketing, je savais que mon job était primordial pour garantir le succès de cette opération. Et ça motive !
  • Mettre en pratique mes connaissances : Pouvoir interroger les gens sur le terrain m’a permis de mettre en pratique les connaissances développées en cours. J’ai pu comprendre le processus d’enquête de satisfaction et me rendre compte de l’investissement qu’il représente.
  • Développer mon aisance téléphonique : Comme je l’ai écrit dans mon article Comment vaincre la procrastination ? je n’aime pas prendre des rendez-vous téléphoniques. Or, lors de cette mission, j’appelais des gens dans un contexte professionnel, ce qui m’enlevait tout gêne. Aujourd’hui, je suis beaucoup plus à l’aise à l’idée d’appeler mon correspondant, ce qui est très souvent plus rapide et fructueux que d’envoyer un email !

Ce que j’ai moins aimé

Je dois avouer que j’ai trouvé le boulot d’enquêteur téléphonique assez agréable en général donc il n’y a pas beaucoup de choses que je n’ai pas aimées. Mais tout de même :

  • L’aspect répétitif : Quand le questionnaire est assez long (dans mon cas, dans les  40 min), il est difficile d’enchaîner plusieurs questionnaires à la suite. On perd en spontanéité et en motivation.
  • Devoir sans cesse rappeler : le problème du téléphone est que beaucoup de personnes ne répondent pas. On est obligé de rappeler plusieurs fois pour que quelqu’un décroche, parfois en vain, et c’est assez fatigant et démotivant.
  • Être dépendante des autres : En tant qu’étudiante, je vivais chez mes parents au moment de cette mission. Il était pour moi difficile de trouver un endroit et moment calme pour appeler des personnes sachant que chaque appel pouvait durer jusqu’à 1h. J’étais souvent dépendante des autres.

Pour qui ?

Selon moi, le métier d’enquêteur téléphonique ou télé-enqueteur, requiert une bonne maîtrise de la langue française. A l’oral, pour communiquer et échanger avec ton interlocuteur de manière claire, comme  à l’écrit, pour rendre des données propres à la personne qui les analysera. Aussi, je dirais qu’il est nécessaire d’avoir un bon sens du relationnel, de la patience,  et une certaine bienveillance pour paraître agréable au téléphone.

Ce n’est pas pour les personnes qui ont du mal à maîtriser leurs émotions, qui manquent de patience ou qui n’ont pas un français correct.

Comment décrocher ce job ?

Il y a plusieurs manières de décrocher ce type de job. Sur les sites généralistes d’emploi, tu pourras souvent trouver des offres d’enquêteur. Tu pourras également en trouver dans les agences d’intérim comme par exemple sur le site de manpower. J’imagine que tu peux aussi contacter les instituts de sondages populaires en France, mais honnêtement, je n’ai jamais testé. Une simple recherche sur les moteurs de recherche devrait te donner de nombreux résultats.

Conclusion…Ce que je retiens de mon expérience de télé-enqueteur

Mon expérience de téléenqueteur a été très positive. Elle m’a permis d’approfondir mes connaissances d’un outil marketing tout en développant mon aisance téléphonique. C’était une mission agréable globalement notamment car elle m’a permis d’interagir avec des gens de toute la France, de tous les âges, dans un climat de confiance. J’ai aussi beaucoup apprécié pouvoir travailler de chez moi et organiser mon temps pour effectuer cette mission. Je recommande fortement ce petit boulot pour quiconque qui souhaite arrondir ses fins de mois à toute période de l’année.

Que penses-tu du job d’enquêteur ? Est-ce un job qui t’intéresserait ? L’as-tu effectué ou penses-tu pourrait t’intéresser? Partage ton opinion dans les commentaires !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tu aimeras peut-être aussi

2 commentaires

  1. Ahhh voilà le premier job de ta série que j’ai effectué moi aussi ! Mais c’était dans d’autres conditions : je devais me rendre au centre d’appels, qui était loin de chez moi. Du coup je ne pouvais pas rentrer chez moi a la pause de midi (en fait de 14h à 17h car on appelait à midi et en soirée), je patientais donc dans un café. J’ai aimé le job en lui même, mais je n’appréciais pas d’avoir un superviseur qui écoutait les appels au hasard et déboulait ensuite dans la salle pour enguirlander la personne qui avait oublié une question ou pris des notes incomplètes. Une caricature comme dans les films ! J’ai fait ce job pendant un été complet et l’année suivante, j’ai choisi autre chose 🙂 J’ai hâte de voir quel sera le prochain job de la série !

    1. Merci de partager ton experience Mélanie. En effet, le contexte dans lequel tu as travaillé n’a rien à voir avec celui dans lequel j’ai travaillé. Comme quoi, ça peut vraiment tout changer.
      Pour la moment, je fais une petit pause dans cette série pour fêter l anniversaire de ce blog et pour ne pas lasser mes lecteurs qui ne sont pas forcément intéressés par ce sujet (conseil qui l’a été donné par une lectrice).
      Encore quelques partages d’expériences sont à venir très prochainement. À bientôt, Audrey Moo

Commentaire ? Avis ? Opinion ? Réflexion ? Exprime-toi ici !