Apprendre à dire non : LA méthode qui m’a aidée !

dire-non-revelation

Dire non semble être la chose la plus facile au monde. Et pourtant, je suis sûre qu’il t’est déjà arrivé d’accepter quelque chose sans le vouloir. Pour moi, c’est pareil. Quand on me demande une faveur, de l’aide, on me pose une question, je m’engage à faire quelque chose. Le pire, c’est que je ne m’en rends pas forcément compte.

Et un jour d’octobre, j’ai eu une révélation ! J’ai eu droit à un cours de 2 jours sur la Communication Assertive. Pendant ce cours, nous avons appris de nombreuses techniques. J’en ai trouvé une particulièrement facile et efficace : Comment dire non dans la vie professionnelle ? Je me suis rendue compte que j’avais un problème à l’idée d’exprimer mon désaccord et il fallait que je travaille là dessus. Surtout que ça peut grandement me servir dans le cadre des 7 résolutions professionnelles que je me suis fixées en septembre dernier !

En effet, il est primordial d’apprendre à dire non dans sa carrière. Pas à tous bouts de champs, mais pour exprimer son opinion et trouver des solutions adéquates pour tous ! Etre assertif, c’est être clair avec les autres et avec soi-même et ça évite les sentiments de frustration, d’être toujours débordé(e), d’être la bonne poire etc…

A moi maintenant de t’expliquer pourquoi et comment dire non  !

Pourquoi dire non est difficile ?

Depuis notre enfance on nous apprend à obéir : avec nos parents, à l’école on est récompensé quand on suit les règles ou quand on a de bonnes notes. On n’est pas incité à refuser les choses à moins qu’on nous donne clairement le choix. Par conséquent, à l’âge adulte, on a naturellement ce schéma en tête.

De plus, on a peur d’être jugé négativement et de se mettre des personnes à dos. Dans notre tête, dire non risque de blesser, gêner, ou énerver la personne car cela va à l’encontre de ses désirs. Du coup, dire non pourrait nuire à nos relations.

Dire non est aussi perçu comme un risque car c’est une prise de position. On n’est pas toujours prêt à prendre nos responsabilités et assumer les conséquences de cette décision !

Et puis surtout, dans notre société, il est bien vu d’en faire toujours plus. Dire “non” peut être perçu comme une faiblesse. Pour certains, non est synonyme de “j’ai atteint ma limite” ou “je refuse un challenge”.

Il faut aller au delà de ces préjugés, car quand nous disons non, nous nous écoutons, nous sommes en accord avec nous même et donc nous sommes moins frustrés !

retrouver-inspiration

 

ENRA : La technique qui te permettra de dire non

E comme empathie

La première chose à faire est de montrer de l’empathie envers la personne qui te demande quelque chose. Ton interlocuteur saura que tu ne souhaites pas le blesser et que tu comprends qu’il a besoin de support.

N comme Non

C’est le moment d’exprimer son refus de manière claire et précise. Il y a plusieurs manières de le dire : “je ne peux pas”, “je n’ai pas le temps”, “je suis déjà très occupé”. Bref, peu importe quelle est l’expression à partir du moment ou la négation est claire !

R comme Raison

Il est important de justifier son refus par une raison valable. Comme avec l’empathie, ça permet de ne pas détériorer ta relation avec ton interlocuteur. Tu ne peux pas parce que ton patron t’a demandé quelque chose pour aujourd’hui, tu as déjà du mal à finir tes propres missions, tu n’as pas les qualifications requises, ça ne fait pas partie de tes responsabilités etc…

A comme Alternative

Une alternative permet à l’interlocuteur de prendre du recul par rapport à ton refus. Ca permet de montrer que tu souhaites l’aider et que tu te soucies de lui.  Tu peux par exemple, référer une autre personne, proposer un autre moment. L’essentiel est d’aider ton interlocuteur à trouver une solution sans céder toi même !

Exemple :

Mon manager m’a demandé de relancer une personne que j’avais contactée spontanément dans le but de lui proposer de publier son témoignage sur notre blog d’entreprise. Cette personne a un poste important et est basée en Amérique Latine. Moi, je ne suis pas responsable du blog, j’ai juste pensé que c’était une bonne idée !

Ma réponse :

“Ca serait super d’avoir son témoignage sur notre blog, en plus il est pratiquement écrit. Cependant, je ne pense pas que ce soit une bonne idée que je le relance. J’ai suggéré l’idée de manière spontanée, je n’ai aucun lien hiérarchique avec lui et l’animation du blog n’est pas dans mes responsabilités. Je ne me sens pas légitime pour le relancer. Pourquoi ne pas demander directement à la personne en charge de la communication dans son équipe ? Ou peut-être demander à son manager s’il souhaite un tel article dans le blog ? Il étaient tous deux en copie ! »

Voilà comment j’ai réussi à dire non dans une situation qui m’aurait mis mal à l’aise dans le passé, mais à laquelle je n’aurais pas osé exprimer mon refus. Il est très rare que je refuse quelque chose à mes responsables hiérarchiques. Mais cette fois-ci c’était important pour moi de le faire. Et avec ces arguments, il a compris et ne l’a pas pris personnellement.


En conclusion : Dire non, c’est dire oui !

L’une des choses les plus importantes que j’ai appris dans mon cours de communication assertive c’est que dire non c’est en fait, dire oui. En effet, quand on dit non à quelque chose on se recentre sur autre chose. On dit oui à ce qu’on a prévu de faire, oui aux choses dont on a envie, oui à ses responsabilités. En plus, on délivre un travail de meilleure qualité puisqu’on fait moins de choses et on est à même de réaliser les tâches qu’on a acceptéesTout le monde a le droit de dire non, alors, à ton tour maintenant ! Dis non avec la technique ENRA et regardes l’effet que ça fait ! Et n’oublies pas, dire non, c’est dire oui !

 

Et toi as-tu des difficultés à dire non quels sont les techniques pour exprimer ton refus?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tu aimeras peut-être aussi

2 commentaires

  1. Salut Audrey, merci beaucoup d’avoir partagé les choses apprises lors de ta formation. En général, quand je veux refuser quelque chose que je ne trouve pas légitime, je pose des questions à la personne pour qu’elle précise sa demande et le résultat qu’elle en attend. Pendant la discussion, elle se rend souvent compte par elle-même que la requête était inappropriée. Mais c’est assez long et nécessite d’avoir le temps de discuter. Je vais tester la méthode ENRA à la prochaine occasion !

    1. Toujours utile de connaitre de nouvelles techniques. C’est vrai que répondre à une demande par des questions permet de requalifier la demande 🙂 Je vais tester ! Et tu me diras des nouvelles d’ENRA.

Commentaire ? Avis ? Opinion ? Réflexion ? Exprime-toi ici !